Un 22 juillet, du cinéma activiste

Une histoire tragique, un scénario pur et intense, voilà ce que propose ce film. Ce film documentaire, qui est diffusé sur Netflix depuis le 10 octobre est un véritable retour à l’histoire. L’histoire d’un pays qui est déchirée par une violence à laquelle il n’est pas habitué et qui peine à se relever. Avec deux récompenses à son actif, il peint le portrait d’un cinéma d’activisme. Découvrez le long-métrage Un 22 juillet sur la plateforme netflix avec votre compte netflix gratuit Essentiel ou formule Premium.

143 minutes d’une histoire qui a marqué l’humanité

Ces 143 minutes, c’est le temps qu’il a fallu à Paul Greengrass, le réalisateur de 22 july, pour narrer la tragédie de son point de vue. Un 22 juillet, voilà un film que vous ne regardez pas en vous disant qu’il s’agit d’une construction imaginaire d’un rêveur. Car, derrière la profondeur des scènes se cache une bien triste réalité.

Celle d’un homme, inconnu de tous, jusqu’à ce fameux 22 juillet 2011. Une journée pas comme les autres, qu’autant l’homme que ces victimes vont démarrer avec en tête leurs projets. Ce 22 juillet donc, 77 personnes perdront la vie dans ce qui restera gravé dans l’histoire de l’humanité comme l’une des attaques terroristes les plus meurtrières de la Norvège.

De cette journée tragique, l’histoire n’a retenu que des groupes de mots : ultranationaliste, bombe artisanale, fusillade, camp d’été de jeunesse ; tout ce qui traduit l’horreur du drame. Mais combien savent réellement comment tout a commencé. Pour ceux qui n’ont vécu ce 22 juillet que dans les journaux, c’est encore plus difficile de prendre la mesure de l’événement.

C’est donc un rappel de mémoire que fait ici le réalisateur à travers ces 143 minutes. La mémoire d’un jeune survivant, qui raconte non seulement comment il a vécu cette fameuse journée qui a bouleversé à jamais sa vie, mais aussi, des efforts pour se reconstruire.

« Puissions-nous nous reconstruire… ! »

Au cœur de l’horreur, ce film détourne l’attention sur ce qu’il reste quand une bombe ou une balle a volé des vies. La vie d’un jeune homme qui avait tout pour être heureux, mais qui est emprisonné dans des souvenirs douloureux. Sept années sont passées et les souvenirs sont toujours aussi vivaces.

Chaque jour est un combat perpétuel, un combat contre les blessures physiques et surtout psychologiques. Ce sont d’ailleurs les plus difficiles à combattre, tant le quotidien rappelle qu’on n’est en sécurité nulle part, et qu’on voit en chaque homme un potentiel monstre.

Cette une véritable mise à nue que fait ce film. Loin de remuer le couteau dans la plaie, il rappelle qu’il y a encore des personnes qui souffrent et qui désirent pourtant profondément apprendre à vivre avec cette douleur.

Ce film sonne presque comme un appel à l’autoguérison. La profondeur des scènes traduit la situation de façon naturelle et réaliste. Et la plateforme américaine de streaming invite les téléspectateurs à découvrir le film via un abonnement netflix.